Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
bouhamidimohamed

Sur Hiroshima, Nazim Hikmet : La petite fille.

6 Août 2022 , Rédigé par Nazim Hikmet. Publié dans #International., #Nouvelles et poèmes, #résistances culturelles

Sur Hiroshima, Nazim Hikmet : La petite fille.

Le 06 août 1945 les USA testaient sur les japonais déjà vaincus une bombe atomique. C'était à Hiroshima. Les White Anglo-Saxon Protestant (wasp) génocidaires par anthropologie, la seule société, avec la société sioniste, née d'une colonisation et d'un génocide complet des indigènes, commettaient un crime utile juste pour installer un terrorisme planétaire.

Leur cinéma a, depuis, illustré cette aventure de courageux colons faisant face aux sauvages peaux rouges et ce mythe fondateur, ancré dans la trame de  leur imaginaire se reproduit dans la plasticité des fantasmes d'un démon satanique entravant leur marche vers une terre promise comme accomplissement d'un autre mythe religieux, l'exode des hébreux. La Nation exceptionnelle s'accouchait dans de les enveloppes de récits religieux les plus usés d'une ancienne nation élue d'un dieu élu unis autour d'un pacte et d'une terre promise. Depuis Hollywood a fait le travail de réinventer, selon les besoins les plus sordides de la cupidité de leur vrai  dieu, le Veau d'Or, et sur des rayons géographiques de plus en plus étendus, la menace des indigènes peaux-rouges leur disputant la terre due et la prospérité : ce furent les communistes, les arabes, les musulmans, les russes, les chinois, les palestiniens.

 
 
 

Il y a comme des récits et des actes gémellaires entre l'histoire des hébreux, des USA et des sionistes.

Aujourd'hui sur Ghaza pleuvent des bombes. Les USA ont déjà donné déclaré qu'Israël a le droit à l'autodéfense contre les terroristes. Tout est question de sécurité nationale menacée, mais c'est la sécurité nationale des seuls USA et de l'entité sioniste.

Pour, cette triste commémoration je vous envoie ce poème de Nazim Hikmet, tiré de son recueil " Il neige dans la nuit "  

 

 

La petite fille

 Nâzim Hikmet

 

C’est moi, c’est moi qui frappe à votre porte

Ici comme ailleurs, à toutes les portes

Ne vous effrayez pas si je reste invisible

On ne peut voir une petite morte

J’étais ici voici dix ans déjà

J’ai trouvé la mort à Hiroshima,

Je ne suis qu’une enfant, je n’avais que sept ans

Mais les enfants morts ne grandissent pas.

Mes longs cheveux tout d’abord ont pris feu

Mes mains ont brûlé tout comme mes yeux

Mon corps ne fut plus rien qu’une poignée de cendres

 

Mêlées au vent dans un ciel nuageux

Je ne veux rien de vous en vérité

Pour moi, nul ne peut plus me dorloter

Car l’enfant qui brûla comme papier journal

Vos bonbons jamais ne pourra goûter.

Je frappe à votre porte, écoutez-moi donc

Et de votre nom faites-moi le don,

Afin que l’on ne tue les enfants désormais

Qu’ils puissent toujours goûter les bonbons.

Extrait du recueil "Il neige dans la nuit."

Il neige dans la nuit et autres poèmes

Il neige dans la nuit et autres poèmes

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article