Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
bouhamidimohamed

Mona, Khalida et Benachenhou. Sur le pillage du patrimoine.

26 Février 2018 , Rédigé par bouhamidi mohamed Publié dans #Algérie

Mona, Khalida et Benachenhou. Sur le pillage du patrimoine.

 

Mona, Khalida et Benachenhou

Par Mohamed Bouhamidi.

In Le Soir d’Algérie du 28 novembre 2004

 

Le ministère de la Culture en a trop dit dans sa conférence de presse sur le pillage du patrimoine préhistorique de l’Algérie. En déclarant que des enquêtes ont déjà eu lieu et qu’elles ont été étouffées, oubliées ou abandonnées en cours de route, le ministère nous dévoile que de puissantes complicités couvrent et protègent les pillards.

Voire que le pillage est commandité par des responsables capables de peser sur les décisions. Dans ce cas-là, si un ministre ne peut rien faire, il se tait ou il démissionne. Mais enfin la démission relève d’une autre histoire et d’autres critères que ceux de notre morale ministérielle locale. Ne voyez rien de perfide ou d’offensant pour Benachenhou dans les propos du ministère de la Culture, les douaniers étant une pièce maîtresse dans la lutte contre le pillage des biens culturels et relevant du même secteur des Finances. C’est juste un accident de langage et une coïncidence administrative. Pour le reste, il s’agit d’agitation. Car au moment de la polémique entre les deux secteurs, dans un collège d’Alger des élèves suaient sur un devoir d’anglais. Ils devaient analyser un texte que je vous traduis : «Le week-end dernier, Mona a visité le Musée des sciences au sud de Londres. Il y a avait-là des touristes de plusieurs régions. Elle y est restée quatre heures.» Les élèves n’ont rien relevé d’extraordinaire, ont essayé de répondre mais nul parmi eux n’a eu le mauvais sentiment de la jalousie. Les Anglais et leurs enfants ont des musées des sciences. Et quels musées ! Vous connaissez un seul musée des sciences et des techniques algérien? Toute la différence entre la ministre de la Culture et celui des Finances est là et elle est sidérale. Bonne ou mauvaise, Benachenhou a une conception de l’économie et de la finance que je réprouve. Il est ultra libéral et se comporte en fonction de sa conception. Il gère et produit ses textes de loi selon les idées et la base de sa conception. Le ministère de la Culture n’a aucune conception et aucune philosophie de la culture. Le jour où ce ministère demandera la création de musées du livre et de l’impression, de musées de l’électricité ou de la marine, de musées de l’agriculture ou du chemin de fer, de musées de la mer ou du téléphone et des télécommunications, quand le ministère aura une conception rénovée de la culture en direction de l'enfance, du cinéma, du théâtre et de l'édition, du patrimoine et de sa sauvegarde vivante comme l'ont fait les Marocains à Fès, quand le ministère comprendra le rôle des industries culturelles et des industries de la culture, il comprendra peut-être qu'on demande l’argent de la culture sur la base de projets précis, de projection dans l'avenir et de chiffrages maîtrisés. Mais quand on ne porte aucune conception dans sa tête, la demande de financement se met à ressembler à du caprice. En attendant, que chacun se mette sous la protection d’un patron de zaouïa. Politiquement, c’est plus sûr, c'est à la mode et cela permet de ne pas réfléchir.

M. B.

Source : http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2004/11/28/article.php?sid=16179&cid=3

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article