Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
bouhamidimohamed

Le fichier Z. Essai d’histoire du FLN algérien dans le Gard 1954-1962 – Bernard Deschamps. Préface de Ali Haroun.

20 Novembre 2018 , Rédigé par bouhamidi mohamed Publié dans #Notes de lecture

Le fichier Z.  Essai d’histoire du FLN algérien dans le Gard 1954-1962 – Bernard Deschamps. Préface de Ali Haroun.

Par Mohamed Bouhamidi.

La première guerre mondiale avait aspiré une partie des indigènes des colonies vers les territoires de puissances coloniales. Ils formèrent les troupes coloniales dans cette boucherie qui portait sur les terres européennes le stade suprême d’une barbarie exercée sur nos peuples par l’esclavage et la colonisation.

 

Notre mémoire a essentiellement retenu cet aspect de cette guerre sur notre histoire d’indigènes mis au service de leurs intérêts et  de leurs guerres.

 

Le livre de Bernard DESCHAMPS nous ouvre dès ses premières pages, une autre perspective. Les besoins de la guerre avaient déplacé vers le front des centaines de milliers de travailleurs français. La France coloniale avaient trouvé dans  les colonies la main d’œuvre disponible pour les postes non qualifiés et pour des rythmes de travail qui lui étaient inconnus et pour des systèmes de rémunérations compliqués.

Sur le sol des colonies, l’Etat français avait mis en place des espèces d’offices de l’immigration et sur le sol français un système de surveillance pour ces travailleurs déplacés, surveillés par la police, maintenus dans leurs communautés, suivis par des tuteurs militaires ou, quelquefois, civils, signalés dans les mairies de résidence.  Moins payés, moins protégés, mois couverts pour les allocations familiales ou les prestations sociales, les travailleurs algériens étaient maintenus dans des camps de résidences, à l’écart.

Dès ses premières années, l’immigration était encadrée par les besoins de l’économie française d’une part et celle de la politique d’Etat d’autre part. A la base c’est du fort au faible, du résident historique au migrant que se constitue et va perdurer la vision communautariste et non l’inverse. C’est le migrant qui est renvoyé à ses origines.

Comme le langage d’aujourd’hui rumine les faits du passé, et comme tout ce qui est présenté comme la nouveauté toute fraîche des tensions sociales, raciales et communautaires sentirait le ranci si l’on a idée d’ouvrir l’emballage.

Le colonialisme avait fait intrusion dans notre temps. Il déracinait ces travailleurs et les coupaient de leur culture et de leurs racines. Il les mettait surtout face à une classe ouvrière française qui avait arraché chacun de ses droits au prix de luttes sévères, parfois sanglantes, et toujours en se construisant une conscience et une identité de classe particulière.

Les travailleurs algériens étaient jetés dans cette condition de prolétaires sans en connaître les codes si difficilement élaborés. Cette élaboration avait laissé des formes d’organisation  forcément déroutantes avec la diversité des partis, syndicats, associations, courants religieux.

Sur tout le livre, Deschamps nous déroule une sorte de lutte, de contradiction entre cette condition d’ouvriers partagée par les mineurs français et algériens et la conscience de race ou de classe. Le terme de race est largement utilisé à gauche.

Nous voyons les cheminements concrets, dans leurs luttes syndicales,  de la naissance d’une conscience nationale qui fait fonction, aussi, d’une conscience de classe. Chez les ouvriers algériens, prédominera la conscience nationale. D’instinct, ils s’étaient élevés à la compréhension que la nature du capitalisme qui les avait jetés là, dans ces conditions, avait pour nom le colonialisme.

Comme dans un miroir, nous trouvons chez Deschamps, l’image de nos propres débats. Le prolétariat algérien était infiniment plus présent et plus nombreux dans l’Etoile Nord Africaine puis le PPA/MTLD que dans le parti communiste.

Entre cette première vague d’immigration des années 1916/1917 à la date du 1er novembre, sur trente-huit ans, cette immigration va se construire pas à pas, une conscience de soi, des codes, une organisation, des traditions de lutte sociale puis politique, de résistance culturelle. Sur le plan cultuel, le ramadhan reste le point culminant de la pratique religieuse.

Mais Deschamps au bout de la considérable documentation rassemblée dans ce livre ne laisse aucun doute sur le choix majoritaire sur le PPA/MTLD puis l’adhésion massive à la lutte enclenchée par le 1er novembre.     

Sur les quatorze mille mineurs, mille deux cent sont algériens, près de dix pour cent, un taux important qui fera de leur présence, une question sociale, culturelle, politique. Ils deviendront une force potentielle sollicitée pour des alliances dont le problème principale restera le but prioritaire de la lutte.

Nous découvrons ainsi, que ce prolétariat algérien, déraciné, parqué, isolé avait porté sur le sol français la lutte anticoloniale. C’est une première dans l’histoire des luttes de libération. Et de tous les points de vue, y compris marxiste, cette conscience anticoloniale de ces ouvriers algériens était supérieure en termes anticapitalistes, à la conscience de classe. Elle s’attaquait à la forme suprême  du capitalisme.
Là est le secret de l’exploit (unique dans l’histoire de l’humanité)  de notre guerre de libération : celui d’avoir porté la lutte armée sur le sol de la puissance occupante.
Des femmes et des hommes concrets ont réalisé ce long travail de la lutte, de la conscience et de l’organisation. Deschamps en recense les noms, les parcours, les vaillances, les sacrifices à partir de la documentation du fichier des fiches de renseignements et de comptes-rendus de la police ou de la gendarmerie.

Le microscope braqué sur le Gard agit comme celui braqué sur la cellule humaine, dont l’examen peut dire beaucoup sur le corps dans son ensemble.

M. B

Le fichier Z.  Essai d’histoire du FLN algérien dans le Gard 1954-1962 – Bernard Deschamps. Préface de Ali Haroun. Nouvelle édition revue et augmentée. Editions  El Ibriz. Alger.

Source : Horizons dz du 21 novembre 2018

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article