Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
bouhamidimohamed

L’exil des cerveaux.

28 Février 2018 , Rédigé par bouhamidi mohamed Publié dans #Algérie

L’exil des cerveaux.

L’exil des cerveaux.

 

Par Mohamed Bouhamidi

 

In le Soir d’Algérie du 18 avril 2006

 

Revenons sur cette question récurrente des Algériens installés dans les universités et centres de recherche étrangers. A intervalles réguliers, le pouvoir déplore la fuite des cerveaux, dit qu'il va prendre des mesures pour l'endiguer ou la limiter et s'adresse à nos compatriotes pour qu'ils amènent leur contribution en assurant qu'il leur offrira les conditions nécessaires pour ce faire.

 

Ce qui veut dire, au passage, qu'elles seront différentes de celles qui sont faites aux nationaux en activité au pays. Prenons un cas concret. Il y a quelques années, une jeune lycéenne obtient son bac à quinze ans et demi. Sa moyenne générale est de 15,76 sur 20. A cet âge et avec cette moyenne, elle aurait dû être classée parmi les surdoués et rapidement entourée de l’attention nécessaire. La réalité est tout autre. Des lauréats du bac de cette même année obtiennent des bourses d’études à l’étranger avec des moyennes nettement inférieures. Les autorités lui refusent ce droit malgré son âge et malgré ses résultats. Son père, cadre supérieur, hautement qualifié dans le domaine pointu qui est le sien mais néanmoins fils des hautes plaines avec les vertus qu'on leur connait, décide de lui payer ses études à l'étranger. Il démissionne de son poste, rejoint une boîte privée qui lui offre un salaire de loin supérieur à ce qu'il touchait chez l'Etat. Il peut ainsi dégager les ressources nécessaires aux études de sa fille en France. Cette dernière fait une grande école dont elle est sortie avec des résultats brillants. En France ou ailleurs dans les pays développés, la chasse aux meilleurs étudiants est ouverte en permanence. Chasseurs de têtes est un métier. Elle reçoit l'offre d'emploi d'une grande boîte publique française. Notre compatriote a dé  développé pour cette entreprise un logiciel d'aide et de secours aux personnes seules et âes. Elle touche six mille euros par mois ce qui équivaut à 600.000 dinars, ou si vous prérez, 60 millions. Sa voiture lui est offerte par l'entreprise qui la lui change au moins deux fois par an. Avec ce salaire, elle a dé  acheté son appartement parisien. Son entreprise lui a, bien sûr, suggé de demander la nationalité française pour tous les avantages et commodités que vous connaissez. Elle a refusé, contrairement à tous les binationaux tapis dan le pouvoir et qui nous parlent de patriotisme. Cette jeune fille présente un tel intét par ses capacités et son travail qu'on lui a offert une carte de séjour de dix ans. Personne ne peut l'accuser de tiédeur nationale. Alors, moi je vous demande : qui l'a poussée dehors et si elle revenait lui offrirait-on le dixième de la considération matérielle et morale qu'elle trouve là-bas ? La laissera-t-on ou lui proposera-t-on de faire du vrai travail ? Analysez le cas et vous verrez.

 

M. B.

 

Source :  https://www.lesoirdalgerie.com/articles/2006/04/18/article.php?sid=37164&cid=3

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article